LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La Plainte du Bois Jean Richepin

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgane
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1711
Age : 70
Date d'inscription : 09/07/2007

MessageSujet: La Plainte du Bois Jean Richepin   Jeu 13 Nov - 21:20

Dans l'âtre flamboyant le feu siffle et détone,
Et le vieux bois gémit d'une voix monotone.

Il dit qu'il était né pour vivre dans l'air pur,
Pour se nourrir de terre et s'abreuver d'azur,
Pour grandir lentement et pousser chaque année
Plus haut, toujours plus haut, sa tête couronnée,
Pour parfumer avril de ses grappes de fleurs,
Pour abriter les nids et les oiseaux siffleurs,
Pour jeter dans le vent mille chansons joyeuses,
Pour vêtir tour à tour ses robes merveilleuses,
Son manteau de printemps de fins bourgeons couvert,
Et la pourpre en automne, et l'hermine en hiver.
Il dit que l'homme est dur, avare et sans entrailles,
D'avoir à coups de hache et par d'âpres entailles
Tué l'arbre ; car l'arbre est un être vivant.
Il dit comme il fut bon pour l'homme bien souvent,
Qu'à nos jeunes amours et nos baisers sans nombre
Il a prêté l'alcôve obscure de son ombre,
Qu'il nous couvrait le jour de ses frais parasols
Et nous berçait la nuit aux chants des rossignols,
Et qu'ingrats, oubliant notre amour, notre enfance,
Nous coupons sans pitié le géant sans défense.

Et dans l'âtre en brasier le bois geint et se tord.

Ô bois, tu n'es pas sage et tu te plains à tort.
Nos mains en te coupant ne sont pas assassines.
Enchaîné, subissant l'entrave des racines,
Tu végétais au même endroit, sans mouvement,
Et conjoint à la terre inséparablement.
Toi qui veux être libre et qui proclames l'arbre
Vivant, tu demeurais planté là comme un marbre,
Captif en ton écorce ainsi qu'en un réseau,
Et tu ne devinais l'essor que par l'oiseau.
Nous t'avons délivré du sol où tu te rives,
Et te voilà flottant sur l'eau, voyant des rives
Avec leurs bateliers, leurs maisons, leurs chevaux.
Ô les cieux différents ! les horizons nouveaux !
Que de biens inconnus tu vas enfin connaître !
Quel souffle d'aventure étrange te pénètre !
Mais tout cela n'est rien. Car tu rampes encor.
Qu'on le fende et le brûle, et qu'il prenne l'essor !
Et le feu furieux te dévore la fibre.
Ah ! tu vis maintenant, tu vis, te voilà libre !
Plus haut que les parfums printaniers de tes fleurs,
Plus haut que les chansons de tes oiseaux siffleurs,
Plus haut que tes soupirs, plus haut que mes paroles,
Dans la nue et l'espace infini tu t'envoles !
Vers ces roses vapeurs où le soleil du soir
S'éteint comme une braise au fond d'un encensoir,
Vers ce firmament bleu dont la gloire allumée
Absorbe avec amour ton âme de fumée,
Vers ce mystérieux et sublime lointain
Où viendra s'éveiller demain le frais matin,
Où luiront cette nuit les splendeurs sidérales,
Monte, monte toujours, déroule tes spirales,
Monte, évanouis-toi, fuis, disparais ! Voici
Que ton dernier flocon flotte seul, aminci,
Et se fond, se dissout, s'en va. Tu perds ton être ;
Aucun oeil à présent ne peut te reconnaître ;
Et toi qui regrettais le grand ciel et l'air pur,
Ô vieux bois, tu deviens un morceau de l'azur.

study Le poème de Geho sur le tilleul m'a remis en mémoire ce poème de Jean Richepin que j'avais appris en primaire, mais seulement jusqu'à "Tué l'arbre car l'arbre est un être vivant"
Je ne connaissais pas la suite, et je trouvais qu'en effet l'homme est bien cruel avec les arbres (je trouve toujours).
Mais la seconde partie donne une vision de l'utilisation du bois, pour en faire des bateaux, j'aime bien, et j'adore les feux de bois qui pourtant le détruisent...
Paradoxe? Pas tant que ça.
Utiliser le bois est normal, surtout si on replante, et beaucoup d'arbres sont plantés (les pins, les peupliers) uniquement pour la coupe, parce que le bois nous est utile.
Mais massacrer des forêts pour le profit immédiat (les sols des forêts tropicales ne sont pas fertiles, la forêt se nourrit d'elle même, si on coupe, c'est la stérilité assurée), non, ça c'est cruel, stupide et dangereux.
Couper le platanes le long des routes parce que les voitures ont une fâcheuse attirance pour aussi.
Les réduire à des troncs avec quelques vagues branches sous prêtexte de taille, là aussi, c'est stupide, on ne sait plus "tailler" les arbres en France et ça me désole toujours quand je vois ça!

Non, je n'ai pas fini de vous parler des arbres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La Plainte du Bois Jean Richepin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean Richepin
» Epitaphe pour n'importe qui (de Jean Richepin)
» MR Bois (Marc Joly) (Coise St Jean Pied Gauthier) (73)
» le rondeau (simple)
» Jean Richepin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: LE SALON DE THÉ :: Mots des autres-
Sauter vers: