LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Vincent Crépin : Les Carnets

Aller en bas 
AuteurMessage
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 12 Mar - 23:47

Vincent est le fameux "Vava" crédité sur certaines de mes musiques.
Il est mon complice musical et mon meilleur ami depuis 10 ans.
Non content d'être un musicien virtuose, il est également dessinateur, peintre, sculpteur (bois & pierre), photographe et... écrivain.

Il bondirait s'il savait que je dis qu'il est écrivain, car à part quelques pensées de temps en temps dans ses carnets, au milieu de dessins et de collages, il n'a rien écrit. Mais il suffit de lire quelques extraits de ces carnets pour comprendre pourquoi j'ose le dire, même s'il ne vit pas de sa plume évidemment.
Vincent est une sorte de Rimbaud moderne : il aime travailler seul à ses activités artistiques, n'adressant la parole à personne parfois pendant quelques temps, il vit au ras des pâquerettes des minima sociaux, ne mange d'ailleurs pas tous les jours, et a pourtant du mal à accepter de l'argent pour des choses qu'il répugne à appeler "œuvres" et dont il n'est jamais satisfait. D'ailleurs loin de lui la préoccupation de communication et de promotion.

Pourtant, quel talent !
Sa musique est empreinte de recherche (le silence entre les notes, comme il dit), et peut paraître intellectuelle, mais elle reflète une sérénité et une inventivité magnifiques :
voir sa page Myspace et écouter sa musique

Son écriture donne la même impression : une prose poétique exceptionnelle dont on ne sort pas indemne. Et si vous pensez que j'exagère parce que c'est mon ami, lisez les quelques extraits ci-dessous.

Vincent se décide enfin (après maints coups de pieds au cul de la part de votre serviteur) à publier ses carnets sous la forme d'un livre de 200 pages, qui en ferait trois fois plus s'il n'avait pas éliminé tout ce qu'il jugeait mauvais (qui était bon à mon avis, mais allez essayer de l'en convaincre). Car ce sont quinze ans de parcours dont il s'agit : de 1992-93 à 2008. Quinze chapitres, avec un dessin en tête de chacun (dessins tirés des carnets également).

Vincent n'a pas internet et répugne à demander à quelqu'un d'acheter son livre.
Voilà pourquoi je vous en parle ici : ceci est un appel à souscription.
Il suffit que je trouve une vingtaine de souscripteurs pour financer la fabrication de son livre.
Donc comme j'ai fait pour le mien, il vous suffit de me dire que vous souscrivez, et je vous inscris sur la liste de ceux à qui j'enverrai le livre dès son impression.
Il coûte 18 €, et pour le règlement, c'est à l'ordre de Filo, et mon adresse se trouve en bas de cette page : http://filosphere.free.fr/cariboost2/crbst_4.html


TEXTE DE LA 4ème DE COUVERTURE :


"C’est un journal de bord, un quotidien, un livre d’histoires, c’est un pense-bête, une lettre de rupture, un almanach, une liste et des mots qui soulignent les vides, un testament ou un moment, un dérapage, un glissement de terrain, un parcours, une bulle, c’est une question, un excès en retrait, un petit verre de thé, un carnet de croquis, c’est une bougie qui se consume au vent. C’est une branche morte portée par les eaux, un message dans une bouteille, quelques notes qui s’envoient en l’air, un reflet, un courrier sans adresse.

Tuez le temps, qu’il meure !

C’est un cri dans le vide, dans une petite boîte que je suis seul à ouvrir.
L’écriture est un exorcisme."





Vincent Crépin, artiste et musicien originaire du nord de la France, a quarante ans et vit en Languedoc.

Féru de voyages, de spiritualités et d'expression artistique, il explore et crée dans tous les domaines à sa portée avec à la fois avidité, détachement, humilité et originalité.

Il se définit volontiers comme un apprenti permanent face à la nature, au silence, et à l'humanité.

Aujourd'hui musicien, compositeur et interprète, il vit de sa musique.

Ce livre est la version imprimée de carnets qu'il a rédigés à la façon d'un journal de bord pendant une quinzaine d'années.









QUELQUES EXTRAITS :


"Sentir. Je cherche la forme. Regarder le modèle sans jamais regarder la feuille. La main devine le format du papier et les lignes s’écrasent, compressées, le cadre prend toute son importance. La peinture est soumise aux lois de la pesanteur.
Je passe rendre visite à Ahmed qui nous réchauffe du café sur son balcon, en brûlant ses chaussettes et ses caleçons, imbibés de parfum parce qu’il n’a plus d’alcool, s’y étant noyé la veille à la recherche de son identité.
Je cherche la forme derrière la forme. Ne pas dessiner la forme, mais le vide autour.
Ma peinture s’encroûte, prend des proportions non définies, je m’égare et cherche encore, mais ne désire pas trouver, reste l’infini, hors du cadre. Vouloir briser les conventions, c’est rester sous l’influence des conventions."


"J’écoute le silence de la nuit, chant d’un oiseau. Calme. Le temps est mou et spongieux. Les sons entrent par des aspérités de mon être et s’affaissent sur des coussins de gélatine. Les capteurs d’ozone s’affolent, le chat se lève. Le temps des cerises, nuages bas et j’attends la pluie. Je suis vide, plein de vide, et ce vide me fait vivre. Le vide n’est rien, rien est immortel, tout le reste n’est que détail, matière. Naître homme et passer sa vie à chercher l’homme. Je ne vois rien de la nuit que sa présence.
Pourquoi vouloir comprendre la vie, la mort, l’amour et la raison des orages. Il faut être là, donner. Voir et vivre. Aller voir ailleurs pour mieux cerner mes contours.
Cela aussi passera.

Les yeux encore un peu collés par la glue de mes rêves, je m’éveille en douceur avec le soleil. Piaillements d’oiseaux, et je prends note de mon humeur sereine, vagabonde et pleine de désirs matinaux. Je pose un tapis sur le toit en pente douce de la ville, là ou le bruit de la petite cuillère agitant le café se répercute dans tout l’univers. Maison circulaire. L’ombre de ma présence me chatouille les vertèbres. J’écoute Nusrat Fateh Ali Khan et me viennent des envies d’orient.
Le train de la vie, toujours tous les jours, mêmes jours nouveaux, qui nous apportent ce qu’il faut prendre. Jours d’avant, jours se suivent et ne sont qu’un. Une coupure de lumière suffit à rompre le dialogue.
Je me penche à la fenêtre ouverte de la ville, prends l’air qui m’est imparti, l’air du matin, l’air de nos souffles confondus de la veille, l’air du soir qui perle et cristallise, l’instant éclate en poussière.

Je regarde passer, me dépasser, courir et revenir, me regarder, le moment. Nous ne faisons rien, nous faisons le rien, grand tout. Une journée est passée, celle là même qui reviendra, selon le temps, selon le plan. Je regarde les gens, mes semblables, les cris de la rue prennent des consonances étrangères et le soir tombe bien bas, si bas qu’on aperçoit la nuit dans l’entrejambe du monde, et je m’endormirai dans tes bras lorsque l’obscurité me prendra."


"La grosse gueule béante du temps es du temps est un leurre. Soldat blessé dans sa caisse à roulettes. Du papier de mer grignote les étoiles, mental fou, mental, planté sur sa croix, avec des punaises comme un poster sur un mur de plâtre. Je dessine dans un hamac et la pluie se met à tomber, lavis précisément aléatoire."


" Si simple, se jeter à découvert dans l’eau froide, sans serviette, nu comme un moucheron qui s’en va jeter sa vie contre une lampe de chevet. Retour à moi.
Parler de soi c’est parler des autres.
La nuit, les couleurs se reposent. Quelques insomniaques rôdent dans la cité et s’agglutinent sous les lumières artificielles. La nuit les couleurs se posent sur la lune. La nuit, je pense aux montagnes russes, je pense à toi, je ne te nomme pas. Je te vois. La nuit c’est le jour des réverbères."


"Le globe immobile prend peu à peu la poussière. La lune descend et les nuages prennent une teinte rose. Le soleil se gonfle à vue d’œil. Je pose la tasse de café sur mon carnet et mon écriture contourne l’obstacle circulaire. Je prends des photos de la vie qui m’entoure, l’univers dans un jardin. Si je prends un arbre, je cherche l’idée de l’arbre, son environnement, sa respiration, le monde qui s’agite autour, devenir arbre. Vivant, lieu de passage, libre sur la pente douce et parfois glissante.
Je prends la pose, sors du temps, ne reconnais pas l’espace, renversement d’accord. Je jouerai comme un sourd sur une guitare sans cordes ni caisse de résonance. Une femme chante en dehors du monde, met au monde des excroissances de la beauté, la beauté des apparences, le reflet de la lune qui sera pleine deux fois dans le mois. Le verre demi plein, moitié vide, tout va très vite, comme une flèche en plein vol, image, symbole, je m’égare. Pour monter, il faut être en bas.

C’est une fleur, c’est un vide, ce n’est rien, petit relatif, le vrai goût des choses ne se situe pas dans le palais.
Il y a des jours qui changent de couleur, un arc-en-ciel désinvolte sépare le ciel du ciel et une petite poussière d’étoile au bout du balai s’accroche encore à son être dans le tas de cendres de la combustion instantanée, la crasse de l’être qui ne laissera pas de trace."


"Je suis témoin sur le bord du chemin qui défile comme un torrent chargé d’objets flottants emportés au large, vieilles chaussures, sacs plastiques, sacs poubelles, écrans plasma, noyés et enfants, troncs morts et idées mortes, modes et travaux. Je regarde passer les poissons, les années.
J’ai bercé l’illusion dans des eaux bien trop chaudes. J’ai douté, menti, juré, craché, maudit, jeté des bons mots, quelle est la question, l’écho des lieux-dits, des non-dits, qui suis-je, où vais-je, est-ce que demain il fera beau, croyant que peut être un jour, croyant que tout peut être, croyant sans la foi. Je respire l’haleine de la mer. Instants de vide à ne savoir qu’en faire. Des moments en attente tandis que la nuit s’avance, fleur se fâne, jusqu’à la fin des temps, à moins que le temps ne cesse. Ce peut être maintenant. Petite lumière."


"Souvenir de l’urgence, des philosophies digestives, des yeux ronds comme des points d’interrogation, de l’adolescence qui déboulonnait le monde en buvant tout ce qu’on pouvait emporter, de débuts d’acquis et de régions obscures à vouloir tout lire et vite en parler, à vouloir faire du bruit jusqu’à l’autre monde, celui des dieux, de la lumière, des récompenses et des châtiments, des châteaux dorés peuplés de princesses blondes endormies, en général pour longtemps, des jardins orientaux aux mille saveurs et mille couleurs et autres détails techniques comme les motifs du papier peint, dans la limite des stocks disponibles.

Écrire l’essence des sons, sifflements stridents, susurrés, sous-jacents.
Aboiements, vociférations, annotations, entre guillemets, en français dans le texte.
Cris et débats, ébats, échos, arguments, langage.

Atmosphère hantée de particules élémentaires, de particules de noblesse. Naphtaline.
Photos froissées mouillées sépia de connus inconnus méconnaissables disparus mémorables, classées par ordre alphabétique ou de grandeur, par ordre d’apparition, de disparition, photos usées de famille en pied, en noir et blanc, en clair-obscur des studios Harcourt.

Des insectes rongent la poutre de mon œil.
J’écoute les branches crisser contre les vitres qui me séparent de la nuit, paysages sonores.
Mal de dos, mal de tête et vin blanc, huîtres et fruits de mer dans le soir tiède."


" En Egypte, un âne est condamné à vingt-quatre heures de prison ferme pour avoir volé du maïs dans un champ.

Les étoiles chantent, à environ treize octaves sous les limites de la perception humaine.
Toujours à chercher ce qui est déjà là. Dans ton regard.

Le soir tombe sur la ville. Je couche des notes sur une surface plane en guise de mémoire, et c’est toi que je vois."

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Ven 13 Mar - 1:47

A ceux qui hésiteraient, je peux dire que j'ai eu le privilège de rencontrer vava, et qu'il ne fait aucun doute qu'il s'agit d'un artiste. Un pur et dur.
Il suffit de le voir jouer d'un instrument, c'est fascinant... il est entièrement dans la musique, il est la musique, le rythme, et son apparente facilité n'est pas seulement du talent, mais aussi un travail acharné, constant, obstiné.
J'ai lu son carnet de voyage en Inde, qui faisait pendant à celui de Filo en 2000. Les deux se complétaient si magnifiquement que j'ai un peu compris comment ces deux là pouvaient être aussi complices.
Autant celui de Filo était conçu comme une sorte de reportage, excellent d'ailleurs, plein de vie, de flamme, de réflexions humaines, de drôlerie et de finesse, autant celui de vava était une expérience intérieure, riche et profonde, plus sombre aussi.
J'espère que son livre rencontrera, non pas un succès planètaire, ce serait un peu étonnant malgré toutes ses qualités, mais au moins une diffusion suffisamment large pour que beaucoup puissent apprécier et s'enrichir de cette lecture.
Moi j'en suis, of course !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
LaBourrique
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 53
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Ven 13 Mar - 11:19

La diffusion, c'est le plus difficile dans l'édition ...
Il a l'air bien chouette ce livre! ( et VAVA aussi ! )

Mon ex mari a fait la "route des indes" en 75 et 77, une fois à pied et en stop ( 6 mois), une fois à moto ( 6 mois) c'est dire qu'à l'époque on traversait l'iran, l'afganistan, etc... Chose qu'on pourrait difficilement faire à présent, je pense...

Les expériences seraient bonnes à comparer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://editions.la-librairie.org
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Ven 13 Mar - 13:00

Je comptais le faire à pied et en stop justement, en 85, mais la vie et ses systèmes ovulatoires en ont décidé autrement.

Donc je te note sur la liste, Constance. Et d'1 !

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 26 Mar - 0:23

Je fais remonter ce fil, car la liste ne s'est pas tellement épaissie pour le moment sur le net (heureusement les musiciens de Montpellier suivent).
Je vous invite à vraiment lire les extraits ci-dessus !

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Lucaerne
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 53
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 26 Mar - 0:40

J'ai presque fini "Abigaïl", et étant donné le plaisir que cette lecture me procure, je suis partante pour te faire confiance aussi sur ce coup-là. +1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucaerne.unblog.fr/
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 26 Mar - 0:44

Noté ! Merci pour lui Lulu !

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Cathecrit
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 56
Signe particulier : increvable
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 2 Avr - 3:40

J'aime cet univers décalé, douillettement barré qui m'emmène avec lui à mille lieux du quotidien...
L'adresse est notée, merci de m'ajouter à la liste pour le bouquin de ton ami.
Il faut envoyer le chèque de suite je suppose ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Ven 3 Avr - 3:24

Oui, Ok je t'inscris sur la liste, Cath. Merci.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 30 Avr - 17:49

LES CARNETS sort aujourd'hui !
En effet j'ai reçu ce jour la livraison, et je dois avouer que je suis satisfait.

À partir de demain, j'enverrai le livre aux souscripteurs qui ont déjà payé.
Romane et Carole vous êtes en retard !
Lucaerne, le colis part demain.
Cathecrit, rappelle-moi ton adresse et je le fais partir aussitôt.

Bien sûr, les nouvelles commandes sont toujours bienvenues.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Jeu 30 Avr - 23:47

Heu, sorry mucho muchacho... je t'envoie ça dès mardi.
Je crois que je survivrai quelques jours sans le livre de Vava, bien que je sois très impatiente de le lire (je le passe virtuellement sur le dessus de ma pile de bouquins en attente, une trentaine environ...).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
Cathecrit
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1269
Age : 56
Signe particulier : increvable
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Ven 15 Mai - 1:10

ça y est, j'ai le bouquin !
Je l'ai feuilleté et me délecte d'avance.
Faut juste que je finisse celui en cours et un que j'ai sur le gaz depuis un moment... Et je ne compte pas mes lectures professionnelles.

Encore merci Filo.
Et merci Mr Crépin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Sam 16 Mai - 0:56

Je l'ai terminé, moi, et je peux dire que c'est vraiment étonnant, et splendide.
Un vaste ciel de poésie, de réalisme, de pensées et de non-pensées, un courant irrésistible, un regard sur la vie qui n'épargne rien, surtout pas lui-même.
J'ai eu sur la fin une impression étrange, comme si l'homme se dissolvait dans ses mots : une suite d'impressions sur le vif, des fragments, des associations de pensées, comme s'il se fragmentait et disparaissait derrière des sensations.
Une profonde lucidité, une tristesse parfois profonde aussi, mais aussi une joie toute enfantine qui ne demande qu'à jaillir, une aptitude à profiter de l'instant sans arrière-pensée.
Je ne peux que le recommander, ce livre, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   Sam 16 Mai - 3:41

constance a écrit:
J'ai eu sur la fin une impression étrange, comme si l'homme se dissolvait dans ses mots : une suite d'impressions sur le vif, des fragments, des associations de pensées, comme s'il se fragmentait et disparaissait derrière des sensations.
Oui, et même le dernier dessin y participe, exécuté sans regarder la feuille, d'où les décalages de traits. C'est très cohérent, en fait.
La fin est une sorte d'apothéose, se passant de syntaxe parfois, projetant des mots-flash à un rythme qui n'est pas sans rappeler la fin d'un raga indien qui se termine en apogée d'intensité.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vincent Crépin : Les Carnets   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vincent Crépin : Les Carnets
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Beau livre] Les Carnets de Gordon McGuffin
» A lire : Les Carnets de guerre de Gustave Folcher
» [Ollivier, Bernard] Carnets d'une longue marche [Récit de voyage]
» Les carnets cousus et mots brodés
» Les carnets du capitaine Bulle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: ECRITURE :: Éditions Filosphere-
Sauter vers: