LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 La forge

Aller en bas 
AuteurMessage
geho
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: La forge   Dim 22 Mar - 14:04

La Forge.




Dans la forge, le point d'accroche de l'oeil est le feu. Un feu blanc comme le regard de braise du forgeron.

Forcément: dans ce feu blanc s'invitent les étoiles originelles, systèmes où
se rythme la matière et où s'organisent les atomes des métaux encore vaporeux.

Dans ce feu blanc, flamboient aussi les entrailles de la terre, amalgame de poussières stellaires et creuset de tous les corps simples.

Dans ce feu blanc brûlent les origines.

Au rythme lent des courants, des bouillons et des marées de matière incandescente qui éclatent , qui rampent et se plissent, au fil des érosions,
du refroidissement, du magnétisme et des millions de révolutions planétaires, quelques métaux sont parvenus à l'état natif, purs, comme l'or ou le cuivre.
D'autres n'en sont pas là: le fer: il représente 5 pour cent de la masse terrestre. Sa gestation est en marche et les forgerons sont ces accoucheurs qui ont anticipé depuis 1 500 ans avant JC le travail lent et inéluctable de la matière pour mettre au monde le métal pur.

Les gangues où se cache le fer sont multiples et complexes. La combustion du carbone , sa puissance thermique, en permettent la révélation nue, débarrassée des haillons impurs.

Le carbone abonde dans le bois: il s'en nourrit par l'air et par le sol. Les charbonniers, eux aussi, ont doublé le travail de la terre produisant la houille.

Dans le coeur des forêts, dans l'étouffement des charbonnières, se prépare
l'élément noir qui va permettre le feu purificateur: le charbon de bois. De nulle autre façon ne jaillit d'un noir aussi noir autant de lumière aveuglante et envoûtante.

L'artisan forgeron, par la construction d'un bas four en terre, va provoquer la diffusion,- fusion et séparation -, du minerai et l'apparition du métal pur
sous la forme d'une loupe, une fleur de fonte. Remodelée en pâte chaude, elle permettra des façons multiples.

Le fer est un métal de glisse. Il s'étale et s'étire par l'effet du battage à
chaud entre marteau et enclume: c'est à ce moment que j'ai commencé de l'appréhender, initié à l'alchimie de son origine et intimidé par sa complexité.

Je suis resté en questionnement sur l'origine de ces outils qu'il subit (il a bien fallu qu'ils naissent après les premières fontes puisqu'ils sont faits d'acier).

Mais il a fallu d'abord donner naissance au feu. Autre aventure au rituel ordonnancé...
Créer l'étincelle de fer,- comme s'il renaissait en d'infimes étoiles-, sur le
morceau de silex, est déjà un aboutissement. Il faut, auparavant, avoir récolté l'amadou, ce champignon qui dévore le hêtre comme l'amour le coeur trop tendre, et ramassé l'aubier bien sec, ce bois de sève léger qui protège le coeur dur de l'arbre.

De l'étincelle de fer à l'amadou et de l'amadou au bois sec puis au nid de paille, le feu prend ou se perd suivant le souffle par lequel on le pousse jusqu'à enflammer le charbon de bois, cette fois aidé par le soufflet de forge. Le forgeron est comme le gardien du feu et son animateur, il en tient le secret et la durée.

Le combustible a d'abord été calibré, dans une dimension qui m'a rappelé celle du coke, extrait de la houille comme le charbon du bois, et employé
dans les hauts fourneaux et dans les locomotives: un format optimal
pour dégager au maximum la puissance thermique.

Rien ici n'est laissé au hasard et à l'artifice. Tout s'extrait de la nature avec le temps donné au temps et à une conscience globale de l'inscription des gestes dans un cheminement d'élévation. Comme un ordre, un rituel, une économie sont déclinés sans quoi le travail serait à refaire et décuplerait le
besoin d'énergie. Sans quoi l'objet ne transmettrait pas sa vibration, faite de la rencontre entre sa matière, l'énergie impliquée par l'artiste et la perfection de sa forme définitive.

J'ai pris le train en marche, seulement écouté l'histoire de l'avant: il m'aurait fallu au moins six mois pour vivre tout le processus.

L'atelier respire avec le soufflet et le foyer s'anime: commence le déroulé de la fabrication de l'objet à partir d'un carré de fer. Comme une intimité,
un lien s'établit entre frappeur et frappé. Ce dernier dit sa résistance ou sa malléabilité, l'autre son intention par dosage de sa puissance et de son rythme.

L'objectif est un étirement régulier et de section dégressive en maintenant la forme carrée sans torsade. Quand l'idée rencontre ainsi la matière, pas de place pour la distraction ou l'irrespect, ni pour la précipitation. Trop chauffé le fer cède, trop battu, mal battu il se déforme et se difforme quand le
rythme et la précision manquent, frappé à froid, il se désunit. L'échange est en tension entre chaque respiration du soufflet sur le feu qu'il faut entretenir.

Au deuxième jour, j'ai aplani, parfait la progression de la forme, effacé la trace des coups. Le fer a doublé de longueur.

Puis peut venir l'intention finale, en l'occurrence une spirale. Le marteau se fait doux, plus précis encore et l'enclume révèle toutes ses possibilités
d'assistance à la mise en forme. Pas facile d'être le maître, la matière résiste, il faut être patient, prendre du recul, approcher le regard au point que le métal sente le souffle et la concentration. Les défauts vont de
pair: une bosse tend un plat, les défauts corrigés entraînent à modifier encore la forme ailleurs, jusqu'à l'harmonie trouvée, aidé par le forgeron.

J'étais dans l'essai-erreur, l'artiste ne l'est plus: il va où il veut à la volée
et du coup, l'origine, les étoiles et la matière, la pureté du métal transformé par son intention sensible et profonde sont présentes dans l'oeuvre achevée, dans des courbes vibrant du mystère de la vie et des liens
entre terre et ciel.
Par la matière métallique inconnue jusque là ou juste pressentie, j'ai vibré de nouvelles résonances avec l'acte créateur, conforté dans la certitude qu'il lui faut la disponibilité aux réalités, l'ouverture et la profondeur du regard, la possibilité de prendre et tenir son élan sans que le temps fasse obstacle, l'empathie forte avec l'objet et l'humilité d'un long apprentissage.

St Senoux, mars 2009


Dernière édition par geho le Lun 23 Mar - 0:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: La forge   Dim 22 Mar - 20:40

Super, cette vision artistique, je dirais même allégorique de l'acte de forger.

Je ne comprends pas les retours à la ligne qui empêchent une bonne lecture. Un problème de copié/collé ?

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com


Dernière édition par filo le Lun 23 Mar - 0:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Lucaerne
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 53
Date d'inscription : 11/12/2008

MessageSujet: Re: La forge   Dim 22 Mar - 21:17

Tout ton texte dit bien ça, Geho : "l'empathie forte avec l'objet et l'humilité d'un long apprentissage".
La matière remet l'homme à sa place, et si l'homme accepte cette place, il gagne un fragment de sagesse.

cheers


(Filo, moi aussi j'ai des problèmes de mise en forme depuis quelques temps, mais peut-être est-ce parce que je suis passée sur Firefox ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lucaerne.unblog.fr/
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: La forge   Dim 22 Mar - 23:33

Morgane pourrait le dire mieux que moi, plus longuement et savamment, mais l'acte de forger, et les forgerons, ont toujours été considérés dans les temps anciens comme des êtres possédant une puissance magique, un savoir redoutable. Chez les Celtes et les Scandinaves, leur position sociale était très importante. Sans doute cela était aussi lié au fait qu'ils maitrisaient le feu, un autre élèment mystérieux, directement en rapport avec les dieux.
J'ai trouvé ton texte tout à fait fascinant, effectivement il se rapproche d'une allégorie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
geho
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1290
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: La forge   Lun 23 Mar - 0:12

oui Filo, c'est un prob de copier coller: je travaille sur Open office et à chaque fois ça me fait ça...je n'ai pas eu la patience ce matin de corriger. Je m'y mets, mais peut-être as-tu une autre solution pour les textes futurs?
Merci de vos lectures....j'ai écrit et réécrit ce texte avec le souci de ne pas faire de l'à peu près car je me suis promis de l'envoyer au forgeron qui est aussi un copain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: La forge   Lun 23 Mar - 0:31

Si le forgeron lui-même va lire cela, pfff quelle chance il a !


Pas de solution, non. Lorsque je travaillais à la Sécu il y a deux ans, j'étais obligé d'utiliser un PC avec Windows, et j'avais le même problème, mais je n'ai pas trouvé la solution.



(sinon de se convertir à Mac, hé hé)

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Garance
Maître
Maître
avatar

Nombre de messages : 1325
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: La forge   Lun 23 Mar - 3:10

Le métal prend vie dans le feu grâce au forgeron qui lui imprime forme malgré cette force qui tend à écraser, déchirer, mutiler, fondre.
Le forgeron est un maître, tu as bien décrit ce travail d'artiste tout en puissance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LaBourrique
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 510
Age : 52
Date d'inscription : 12/12/2008

MessageSujet: Re: La forge   Lun 23 Mar - 14:48

Whaou... J'y retrouve l'amour de l'art, à la manière de Bernard Tirtiaux qui lui est Maître verrier ... (lire ses romans, par exemple " le passeur de Lumière" et les " sept couleurs du vent " où là, il parle plutôt de l'art de la charpente et des compagnons en général... Le tout au moyen âge! Un régal !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://editions.la-librairie.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La forge   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forge
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: ECRITURE :: Essais & articles-
Sauter vers: