LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Israfel

Aller en bas 
AuteurMessage
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Israfel   Jeu 20 Aoû - 12:26

Un morceau récent, fruit d'une collaboration avec la chanteuse Alexandra Plays et mon pote Vava à la guitare : une adpatation personnelle du poème "Israfel" d'Edgar Allan Poe :
http://filosphere.free.fr/Musique%20MP3/Israfel.mp3

dont voici les paroles :




ISRAFEL

(And the angel Israfel, whose heart-strings are a lute,
and who has the sweetest voice of all God's creatures)

Koran

In Heaven a spirit doth dwell
"Whose heart-strings are a lute;"
None sing so wildly well
As the angel Israfel,
And the giddy stars, (so legends tell)
Ceasing their hymns, attend the spell
Of his voice, all mute.


Tottering above
In her highest noon,
The enamoured Moon
Blushes with love,
While, to listen, the red levin
(With the rapid Pleiads, even,
Which were seven,)
Pauses in Heaven.


And they say, (the starry choir
And the other listening things)
That Israfeli's fire
Is owing to that lyre
By which he sits and sings --
The trembling living wire
Of those unusual strings.


But the skies that angel trod,
Where deep thoughts are a duty --
Where Love's a grown-up god --
Where the Houri glances are
Imbued with all the beauty
Which we worship in a star.[/size]


Therefore, thou art not wrong,
Israfeli, who despisest
An unimpassioned song;
To thee the laurels belong,
Best bard, because the wisest!
Merrily live, and long!


The ecstasies above
With thy burning measures suit --
Thy grief, thy joy, thy hate, thy love,
With the fervor of thy lute --
Well may the stars be mute!


Yes, Heaven is thine; but this
Is a world of sweets and sours;
Our flowers are merely -- flowers,
And the shadow of thy perfect bliss
Is the sunshine of ours.


If I could dwell
Where Israfel
Hath dwelt, and he where I,
He might not sing so wildly well
A mortal melody,
While a bolder note than this might swell
From my lyre within the sky.



et leur traduction :


ISRAFEL

(Et l'Ange Israfel dont les fibres du cœur sont un luth,
et qui a la voix la plus suave de toutes les créatures de Dieu
)

Le Coran

Dans le ciel habite un esprit
"dont les fibres du cœur font un luth".
Nul ne chante si étrangement bien
que l'ange Israfel,
et les étoiles si irrésolues (au dire des légendes)
cessant leurs hymnes, se prennent au charme
de sa voix, toutes muettes.


Vacillante et lointaine
à sa plus haute heure,
la lune énamourée
rougit de passion,alors, pour écouter, la vermeille clarté
(ainsi que les rapides Pléiades elles-mêmes,
au nombre de sept),
fait une pause dans les Cieux.

Ils disent (le cœur étoilé
et tout ce qui écoute)
que la flamme d'Israfeli
doit à cette lyre,
avec laquelle il siège et chante,
le frémissement de vie qui se prolonge
sur ces cordes extraordinaires.


Mais cet ange a foulé le firmament,
où de profondes pensées
sont un devoir -
où l'Amour est un dieu dans sa force -
où les œillades des houris
possèdent toute la beauté
que l'on adore dans une étoile.

Voilà pourquoi tu n'as pas tort,
Israfeli, que ne satisfait pas
un chant impossible ;
à toi appartiennent les lauriers,
ô Barde le meilleur, car le plus sage !
Vis joyeusement et longtemps !

Les célestes extases d'en haut,
certes vont bien à tes brûlantes mesures ;
ta peine, ta joie, ta haine, ton amour,
à la ferveur de ton luth -
les étoiles peuvent bien être muettes.

Oui, le ciel est à toi, mais chez nous
est un monde de douceurs et d'amertumes ;
nos fleurs ne sont à jamais - que des fleurs ;
et l'ombre de ta félicité parfaite
est le sommeil de la nôtre.

Si je pouvais habiter
où Israfel
habite et lui où je suis,
il se pourrait qu'il ne chantât pas si étrangement bien
une mélodie mortelle ;
tandis qu'une note plus forte que celle-ci peut-être roulerait
de ma lyre à travers le ciel.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Israfel   Ven 21 Aoû - 0:09

Très beau, très envoûtant. Ta déclamation est parfaitement adaptée à ce texte magnifique (évidemment, Edgar...), avec une belle progression dans l'intensité.
Je remarque que Vava est toujours aussi excellent, et le contrepoint de la voix féminine tout à fait splendide.
Deux légères erreurs de prononciation, je suis persuadée que tu le sais aussi bien que moi, mais avec un texte aussi long et difficile, il est normal de laisser échapper quelques carabistouilles.
3ème ligne en partant du début : "wildly" se dit "w-aï-dli", et 3ème ligne avant la fin, "melody" se prononce "melod-i".
Je suis heureuse de te voir dans une période si créative.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Israfel   Ven 21 Aoû - 4:28

Merci.
Oui, "wildly", je l'ai remarqué juste après l'avoir posté ici, figure-toi ! grrr ! surtout que vers la fin, je le prononce bien... c'était juste une mauvaise lecture sur l'instant (je vois trouble en ce moment).
En revanche "melody", je le sais, mais ça ne rimait pas, contrairement au reste du poème qui emploie de l'ancien anglais. J'en ai donc déduit qu'en ancien anglais, le y se prononçait probablement aï, sans en être sûr... c'est pour cela que je l'ai prononcé "entre les deux" !

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Israfel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Israfel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: ECRITURE :: Chansons, musique-
Sauter vers: