LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 On dit

Aller en bas 
AuteurMessage
epiphyte
Gardien de la foi
Gardien de la foi


Nombre de messages : 200
Age : 42
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: On dit   Sam 8 Sep - 1:38

De cette époque où je jouais en groupe, ne me restent finalement que des souvenirs... et des textes. Pas d'enregistrement correct de cette chanson, juste quelques bribes de répéts qui doivent traîner quelque part... mais cela aura été notre dernière nouvelle chanson, interprêtée une seule fois sur scène...





Bien sûr, on dit de toi que tu serais volage,
Tu t’effraies de ces lois qui transpercent les âges.
On dit que tu te joues des amants démunis,
Que tu as rendu fous les plus sages en ton lit.

On dit que tous les hommes ont peur de tes questions,
Que tu croques la pomme à partir du trognon.
A poinçonner le temps en lorgnant les envieuses
Tu te plais dans ce gant d’amante religieuse.

On a tant dit de toi que je me suis perdu
A croire quelquefois à ces ragots rompus,
Ces poncifs sévères qui réduisent les femmes
A une paire d’ovaires sans cœur et puis sans âme.

On a dit que ton heure était bientôt venue
A écorcher ton cœur aux coins sombres des rues
A te vendre aux paumés pour un peu plus d’alcool,
Pour un bouquet fané ou des belles paroles.

Et quelle peur as-tu que ces hommes te quittent
Pour t’avouer repue d’aventures sans suite ?!
Tu te plais dans l’absence où se noie l’euphorie
De ces espoirs immenses parfumés d’utopie.

Et je t’ai reconduis ma confiance d’aveugle
Partageant tes soucis loin des foules qui beuglent,
Mais tu t’es condamnée en oubliant le temps
La vie n’est pas un éternel recommencement.

On dit que tu refuses à te mettre en ménage,
Le roman de ta vie n’a qu’une seule page
Car ce ne sont pas les mots qui t’offrent la jouissance,
Au pays des salauds l’amour est ignorance.

Inculture sournoise qui se vit de paresse
Et s’offre des extases entre une paire de fesses,
J’ai violé tous les livres en me croyant plus fort
Et quand je croyais vivre, j’étais près de la mort.

Combien de gens m’ont vu et croyant me connaître
M’ont parlé de leur cul en espérant renaître.
Ces nombrils affalés, narcissiques aux abois
Qu’il a fallu aimer en ne pensant qu’à toi.

Quelle douleur profonde a déchiré ton cœur ?
Quel inconnu immonde a violé ta candeur ?
Les murs ont ces regards que tu n’auras jamais
Comme autant de remparts dressés sur tes excès.

Et me manque ta voix, me manquent tes silences,
Quelqu’un auprès de moi dans cet enfer immense.
Où es-tu à présent qu’hier se fait demain ?
Entourée des enfants que tu fais à ces chiens.

Quand la lumière s’éteint, quand tout est silencieux,
Quand je cherche tes mains, quand je cherche tes yeux,
Combien as-tu jeté de pierres à tes amants ?
Et cet homme oublié qui me ressemblait tant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesepiphytes.com
epiphyte
Gardien de la foi
Gardien de la foi


Nombre de messages : 200
Age : 42
Date d'inscription : 10/07/2007

MessageSujet: Re: On dit   Sam 8 Sep - 1:40

Bon, j'ai voulu le mettre en blanc mais ça n'a pas fonctionné. En noir c'est illisible, tant pis, ça lui va bien.




Je t'ai tout remis en forme, pour une meilleure lecture.
filo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lesepiphytes.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: On dit   Sam 8 Sep - 5:41

Je suis touché à un point que je ne peux pas expliquer.
Juste je te comprends très fort d'avoir pu écrire cela, et j'aurais bien aimé entendre cette chanson.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: On dit   Mer 31 Oct - 1:21

Je ne l'avais pas vu, cette chanson, ce texte...
J'avais raté quelque chose de vraiment important. Quelle femme ne serait pas sensible à de telles paroles, à de telles pensées ? On a peur de s'y reconnaitre, même un peu. C'est dérangeant, plus que cela, profondément bouleversant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: On dit   

Revenir en haut Aller en bas
 
On dit
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: ECRITURE :: Chansons, musique-
Sauter vers: