LE CERCLE

Forum littéraire
 
AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion

Partagez | 
 

 Spleen: Azurôse, contre la cité irrité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dehorian
Postulant
Postulant
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Mer 8 Juin - 9:48

Azurôse, contre la cité irrité
Le sceau maudit du spleen vient étouffer mon âme
Face au bleu roi du ciel. J'envie la liberté
De l'oiseau envolé ne sachant pas nos drames.

La misère de ce monde semble se refermer
Sur la ville grisâtre éclairée à la flamme
De cet astre solaire à mes yeux bien caché
Par des murs de bétons ressemblant à des lames.

Mon cœur est transpercé, se fait défigurer
Par leur froide blancheur jouant à refléter
La laideur de nos âmes et leurs sales parfums.

Et ma plume est à nue, son élan prolifique
S'en retrouve cloué par les milliers de piques
Naissant des tristes larmes de nos amours défunts.

Le 06/04/11

A Charles Baudelaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nighty
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 600
Age : 54
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 9:27

Bonjour Roi Dehorian et bienvenue à toi ici Smile

J'aime lire ce genre de poème, classique et travaillé, mais il est vrai que mes goûts me tournent aussi plus maintenant vers le vers libre. Je ne suis pas "poète" et ne saurais pas te donner d'avis constructif, mais je te donnerai mes impressions de lecture qui peuvent aussi aider à y voir clair.

(amours défunts au masculin ??? Es-tu sûr ?)

Bises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dehorian
Postulant
Postulant
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 12:53

Voui Amour défunts je suis sur. Surtout que je reprends les derniers mots d'un texte de Baudelaire Wink

ps: le vers libre je peux pas. C'est pas possible, ca devient invariablement de la prose. Puis c'est pas drole d'écrire de la poésie sans les contraintes classiques. Autant ouais me lacher en prose, c'est plus simple. J'aime pas la poésie libre, du tout :/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nighty
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 600
Age : 54
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 14:04

Si Baudelaire et toi le dites, pas de problème Wink Et pour les styles de poésie, tous les goûts sont dans la nature. Ce qui compte, c'est de s'exprimer et d'y prendre du plaisir Smile
Bisous !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vestale
Prêcheur
Prêcheur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 41
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 15:15

"Amours" au pluriel devient féminin

singulier : Amour défunt
pluriel : Amours défuntes

Au niveau de la forme, quelques rimes à mon sens devraient être travaillées car trop pauvres comme "refermer" et "caché" puis
"défigurer" et "refléter". "irrité" s'accorde au féminin puisqu'il s'agit de "la cité". De même "clouée" avec plume je pense ?

Concernant l'alexandrin :
Attention 14 pieds à ce vers
"La misère de ce monde semble se refermer"
Il faut compter les "e"de fin avant un mot commençant par une consonne.

et 13 là
"La laideur de nos âmes et leurs sales parfums."

le dernier vers est trop long aussi.

J'ai un peu de mal avec le rythme de la première strophe en décalage avec les autres.

Concernant le fond, je ne suis pas séduite car je trouve toujours une certaine froideur, un détachement qui demeure encore hermétique pour le moment. Je parlais de vers libre dans un autre post justement parce qu'il permet de se libérer de ces contraintes de rimes et de rythme. ce qui n'empêche par d'autres "contraintes" toutes aussi passionnantes, une musicalité, des images fécondes, tant d'autres... Sans oublier une liberté de dire, d'exprimer, de s'extérioriser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dehorian
Postulant
Postulant
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 16:11

AMOUR n. m. IXe siècle, amur ; XIIe siècle, amor ; XVIIe siècle, amour. Emprunté du latin amor, sous l'influence de la forme de l'ancien provençal, langue des troubadours.

III. Expr. et loc. 1. Fam. Un amour de, se dit d'une personne, d'un animal, d'une chose qui suscite l'admiration pour son charme, sa beauté. Quel amour d'enfant ! Vous avez là un amour de chat. Un amour de statuette. Un amour de bouquet.

Dictionnaire de l'académie française, celui qui me sert de référence, aucune mention au feminin d'amour au pluriel.

Puis s'pas la question, ici je reprend une tournure de Baudelaire, j'avais un de ces textes sous les yeux en écrivant. Donc je me suis aligné, rien de plus...


Pour le reste...

Pour le reste, ca fait vingt mille -voir plus- que la poésie existe et qu'elle existe sous forme d'art soigneusement codifié, répondant à des canons bien précis. On retrouve ça à travers les époques, à travers les langues. Les règles changent -évoluent plutôt- les canons se modifient, mais la structure reste la même au fond. Sortir des codes c'est sortir de la poésie pour moi. C'est faire autre chose. Une autre forme d'art, toute aussi belle, mais qui n'est plus vraiment de la poésie.

Après, c'est ma façon de voir -et je compte pas en changer, puisqu'elle est pensée, murie, confrontée à celles d'autres poètes- mais ça reste la mienne. Chacun est libre d'avoir la sienne.

Puis j'adore lire de la poésie libre. J'aime pas du tout en écrire par contre Wink

Oh et en terme de liberté, la prose me suffit largement, c'est même trop par moment :o
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vestale
Prêcheur
Prêcheur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 41
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 17:01

Je ne fais que donner sincèrement mon avis aussi et c'est justement ceux des membres d'ici qui m'ont permis d'avancer, de travailler, n'est-ce pas m'dame Constance. Wink
L'écoute, les suggestions et le travail régulier m'ont permis d'aller au delà de ce que je pouvais espérer.

Un exemple concret
J'accordais « amours » (pluriel) au masculin jusqu'à ce qu'un membre d'ici me dise que l'accord pluriel pour certains mots était féminin comme orgues, amours...
Oui, Baudelaire a du l'accorder au masculin, je ne remets pas en cause ce point ni le fait que tu souhaites rester dans cet esprit. Je ne faisais qu'énoncer une règle et à l'instar de nigthy, un doute... Après, j'ignore depuis quand fonctionne cette règle de l'accord pluriel féminin sur certains mots d'exception.
J'avais aussi vérifié de mon côté et dans le cas du mot « amours », je me rappelle avoir lu qu'au pluriel il devient féminin notamment lorsqu'il s'agit d'une relation amoureuse.
« amours tumultueuses ».
En reprenant simplement un extrait de la définition du petit Larousse, il est écrit entre parenthèses (fém. Au pl. dans la langue littéraire : les amours enfantines.)
Enfin, c'est un détail.

Tout cela pour dire que je suis avide des conseils et des ressentis des autres dans la mesure où ils sont toujours guidés par la sincérité, de plus je m'enrichis à leur contact tout comme je m'enrichis par la lecture d'auteurs connus. Ouverte bien sûr au débat, on n'a pas tous les mêmes ressentis, heureusement.
Au delà de nos façons différentes à ce que je vois d'aborder la poésie, dans ton texte je dis juste qu'à mon avis, il y a des soucis de forme qui mériteraient un travail supplémentaire. Cela manque de fluidité. Je pense que pour composer un poème en vers classiques, il ne faut prendre ce qui nous arrange dans les règles mais essayer d'avoir une certaine discipline, sans pour autant délaisser le fond qui se doit d'être en harmonie avec la forme.
J'ai trouvé une certaine arythmie et à mon sens une pauvreté concernant quelques rimes. Je formule ces critiques non pour enfoncer, ce n'est pas l'esprit du Cercle, pas plus que la complaisance. Pour moi, si tu veux faire un sonnet, je pense qu'il faut aller jusqu'au bout au niveau du rythme et des rimes. Au delà de « l'évolution » des règles du vers classique, lire à voix haute permet de se rendre compte de certains petits accrocs de rythme, de quelques dissonances dans la musicalité...Ce n'est que mon humble avis.
Après, effectivement libre à toi de reprendre ou pas tes écrits. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dehorian
Postulant
Postulant
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 17:06

Hum, je veux pas flooder, juste pour dire que je suis là pour l'écoute et les avis critiques, clairement, par exemple je vais reprendre les vers qui n'ont pas le bon nombre de pieds.

Par contre quand s'agit d'un choix artistique, comme dans le cas de la tournure "amours défunts" j'explique et je défend, bec et ongle si besoin o/

Merci de vos avis Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nighty
Guide
Guide
avatar

Nombre de messages : 600
Age : 54
Date d'inscription : 23/11/2009

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 17:52

Arfff ... j'ai toujours l'art de mettre les pieds dans le plat, moi !!! pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
constance
Prophète
Prophète
avatar

Nombre de messages : 4029
Date d'inscription : 07/07/2007

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Jeu 9 Juin - 23:59

M'âme constance est d'accord avec son padawan, qui fait là un commentaire vraiment intéressant.
Amour, délice et orgues prennent le féminin au pluriel, c'est une règle en langue française. On peut la contourner si on a envie, mais c'est inexact.
La poésie peut être là pour transgresser, évidemment, mais j'avoue que ce masculin me fait un peu grimacer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eaux-douces.bloxode.com
filo
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 2058
Signe particulier : grand guru
Date d'inscription : 06/07/2007

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Ven 10 Juin - 0:24

Dehorian a écrit:
Sortir des codes c'est sortir de la poésie pour moi. C'est faire autre chose. Une autre forme d'art, toute aussi belle, mais qui n'est plus vraiment de la poésie.
Ceci ne me fait pas grimacer, mais sourire...
Ça me rappelle les musiciens classiques dont la vocation est l'interprétation, selon les anciens codes, lorsqu'ils ont vu naître le Jazz, dont la vocation est la création spontanée : l'improvisation, selon des codes nouveaux et libres de changer. Ils disaient que ce n'était pas de la musique. Maintenant ils disent ça du rap, de la techno, electro, etc...

Mais la Poésie peut s'observer dans le geste d'une danseuse, d'un enfant, ou dans la forme d'un nuage, pas seulement dans des codes dogmatiques d'écriture ! La Poésie dépasse le poème, le texte, le verbe. La poésie est partout autour de nous, et ne se réduit donc pas à la prosodie.

Je te donne mon avis personnel, mais je respecte ton choix. En rappelant qu'il s'agit bel et bien d'un choix, et non d'une règle établie.

_________________
.
Ici maintenant
sitôt dit sitôt enfui
as-tu profité ?

http://filosphere.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cercle.4rumer.com
vestale
Prêcheur
Prêcheur
avatar

Nombre de messages : 937
Age : 41
Date d'inscription : 28/09/2007

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Ven 10 Juin - 9:40

Dehorian a écrit:
Hum, je veux pas flooder, juste pour dire que je suis là pour l'écoute et les avis critiques, clairement, par exemple je vais reprendre les vers qui n'ont pas le bon nombre de pieds.

Par contre quand s'agit d'un choix artistique, comme dans le cas de la tournure "amours défunts" j'explique et je défend, bec et ongle si besoin o/

Merci de vos avis Wink

Oui c'est très bien d'autant si tu te sens plus à l'aise dans l'écriture de poèmes en vers classiques, une certaine rigueur s'impose (rythme, musicalité, procédés stylistiques...), sinon cela pourrait être considéré comme de la poésie en vers libres. Même si je ne suis pas personnellement contre certaines fantaisies et détournement de règles, je pense que cela doit vraiment servir le poème, cela à mon sens appelle une justification, ne doit pas être pas gratuit, ni trop fréquent.
Comme Constance, je ne suis pas convaincue pour le moment par l'accord « amours défunts » dans ce poème, mais je respecte complètement ton point de vue et le fait que tu le défendes.
Déjà hormis deux ou trois vers qui ont besoin d'être repris ainsi que quelques rimes, les césures me paraissent bien respectées.

Sinon, en totale harmonie avec le commentaire de filo ci-dessus sur la poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thierry Demercastel
Gardien de la foi
Gardien de la foi
avatar

Nombre de messages : 211
Date d'inscription : 29/11/2009

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Ven 10 Juin - 18:14

Merci Filo pour ton superbe commentaire sur la poésie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dehorian
Postulant
Postulant
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 07/06/2011

MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   Lun 13 Juin - 0:12

Filo, notre avis est pas si différent. A ceci près que ce que tu appelles poésie je l'appelle magie ou art. Chaque être humain a, je pense, en lui une façon qui lui est propre de percevoir ça et donc de le retranscrire.

Ce que moi j'appelle poésie c'est une façon qu'on eu des personnes ayant une vision similaire -similaire, pas identique- de cette magie de se rapprocher les uns les autres. De se chercher, de se trouver. De former une communauté d'esprit un peu partout à travers le monde -Notez, je dis poésie mais c'est valable pour toute forme d'art, ici la poésie est simplement mon propos-.

Alors oui, au travers du temps ces similarités se sont codifiées, rigidifiées. C'est normal, on a testé ce qui collait, ce qui ne collait pas, ce sont des raccourcis, simplement, une façon d'apprendre aux générations suivantes les écueils à éviter. Sont-elles, en poésie, parvenues à un point où leur sclérose les empêche d'évoluer? Non. Je n'ai jamais appris la poésie, jamais appris la rythmique, la versification toutes ces choses rébarbatives qui ennuie tant les enfants à l'école. Ceci dit, ma poésie a fini d'elle-même par adopter cette forme classique que la poésie libre voudrait enterrer.

Sauf que je pense que toujours les poètes, ceux qui sont similaires aux premiers à s'être regroupé et a avoir voulu codifier finiront par en revenir à ces formes, ces rythmiques, ces musicalités-là. C'est ça la poésie. C'est pour ça que je pense, et que je défendrais cette opinion, que la poésie libre est une autre forme d'art encore en train de se chercher. Rien de plus. Ma visions de la poésie.

Merci d'avoir partagé la votre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Spleen: Azurôse, contre la cité irrité   

Revenir en haut Aller en bas
 
Spleen: Azurôse, contre la cité irrité
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle attaque contre la Laïcité à l'école publique.
» Hommes bêtes contre Empire 2000 Pts
» Tour 3: Orcs & Gobelins contre Elfes-Noirs
» La cité interdite
» orks contre tyranide, l'occasion de tester des choses

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE CERCLE :: ECRITURE :: Poésie-
Sauter vers: